Salut à toi Mathias, mon frère.
 
Je te fais parvenir cette dernière lettre, lis la avec attention je te prie car désormais les choses sont claires en mon esprit et je t'y expose le fond de ma pensée.
Les temps récents furent pour moi très éprouvants car les visions se sont faites de plus en plus rapprochées et de plus en plus denses; l'appétit et le sommeil avaient quitté mon corps et ma conscience était plongée dans une méditation permanente.  
Voici donc ce que j'ai vu, ce que mon âme après une longue période d'assimilation a pu recevoir en son sein; j'ai vu l'abîme immense fait de brume et de ténèbres, j'ai vu les arcanes où savoir et connaissance dorment en silence depuis le début des temps. Cet endroit est empli de calme et de sérénité, très loin de l'agitation et des tumultes de ce monde; c'est en ce lieu que m'est apparu un messager, un spectre vêtu d'ombre. Il étendit son bras et sa main terrible engendra la Divine harmonie dans le chaos de mes pensées.
C'est à cet instant que mon esprit perçut Dieu dans sa perfection totale et absolue, je réalisai soudain que rien ne saurait être parfait sans être Dieu. Je compris alors que pour créer une chose, Dieu doit y incorporer de manière nécessaire une part d'imperfection car sinon Il ne ferait que se prolonger Lui-même et ainsi rien ne pourrait être créé.
Pour exister, la création devait donc être imparfaite. Pour générer cette imperfection nécessaire à la formation de notre monde, Dieu a engendré une substance dont la lourdeur et les limitations diffèrent de sa nature parfaite. Cette substance est la matière.
Ainsi doit se comprendre la nature de l'univers, comme un système matériel nécessairement imparfait.
 
Certains nous racontent le monde des origines comme parfait et ensuite perverti par une force mauvaise mais cela ne peut être.
C'est l'imperfection nécessaire de la matière qui engendre la faute et le mal. Le mal n'est pas un démon, une force supérieure qui agirait directement sur les choses, il n'est que le faible résultat, la conséquence malheureuse de nos actions.
L'homme est le seul responsable de ses actes et ceux qui se défaussent sur des diables ou quelques autres ténèbres pour justifier leurs péchés ne comprennent pas les fondements de notre cosmos.