Pour Azakim, Dieu a doué l'homme d'une âme d'intelligence et s'est adressé à lui au travers de la Sainte Ecriture. Le bonheur de l'homme réside dans la lecture des Textes et dans sa proximité avec son Créateur. Cette lecture ne doit pas s'arrêter à une compréhension strictement littérale mais doit également être interprétée à la lumière de la raison naturelle et de la connaissance philosophique.
Cette activité amène le héros dans des paradoxes où sa pensée ne peut s'accorder avec l'Ecriture, ce qui génère en lui une grande souffrance.
C'est par l'extase, par la sortie de l'âme hors du corps qu'Azakim ressent le bonheur, la béatitude du royaume des cieux. Il s'agit d'une hallucination, d'une altération de la conscience provoquée par la libération d'endorphines mais si la cause est physiologique, les effets psychologiques et la joie ressentie sont bien réels. Ce moment est assimilé par le héros comme la récompense de tous les efforts, de toutes les peines et épreuves surmontées. L'émotion est éphémère mais son impact est durable car Azakim réalise alors que la véritable intelligence doit s'appuyer sur la raison mais culmine par le sentiment. Ce sentiment est pour lui au delà de l'Ecriture et au delà de ses conceptions logiques, toutes ses convictions n'étaient que des marches menant vers un Absolu. 
 
Le livre d'Azakim m'a permis de projeter une forme d'esprit scientifique en un temps où les hommes n'avaient pas la science telle qu'on l'entend aujourd'hui; malgré le fait qu'à cette période notre connaissance du monde et de ses lois physiques était incomplète, il faut admettre que le raisonnement et la force d'analyse des penseurs n'en étaient pas plus faible. A cette époque, l'existence de Dieu était une évidence, on ne pouvait pas concevoir le monde autrement, l'enjeu était de savoir quelle était son identité et sa volonté. C'est dans cet esprit qu'Azakim a entrepris une recherche qui façonna sa vie, partant de la connaissance des écrits et de son raisonnement philosophique, il a développé une théologie logique.
Cette fiction m'a donc offert la possibilité de me placer dans un temps où la question de l'existence de Dieu ne se posait pas, ainsi le personnage d'Azakim n'a pas à choisir entre vérités scientifiques et miracles. Evacuant ainsi notre concept de science, j'ai pu amener mon personnage à réfléchir de manière raisonnée avec la vérité de son époque. J'ai utilisé cet esprit de raison pour exprimer ma perception d'un Dieu au dessus des cultes, des traditions et des réflexions humaines.