L'ensemble des illustrations présentées sur ce site est secondaire à l'élaboration du personnage et de la pensée d'Azakim. Le travail a commencé par des lectures puis par la phase d'écriture du livre d'Azakim avant d'en faire une série de dessins.


Le livre d'Azakim n'est pas une création mais plutôt l'agencement de plusieurs lectures. Il est largement inspiré de la parole du spectre de Victor Hugo dans son poème "Ce que dit la bouche d'ombre". La description de l'Hadès est issue des textes de la mythologie grecque ou de l'Enfer de Dante, et cette histoire dans son ensemble est la recomposition de bien d'autres récits. 
Il n'y a donc rien de nouveau sous le soleil.

 


Chaque auteur entend dans sa tête un adversaire qui le questionne et éprouve sa pensée; écouter son adversaire, c'est ne plus entendre les vacarmes du monde.

 
A présent, pourquoi avoir fait tout ça?

Il fallait générer une pensée, c'était indispensable.

Et quelle est cette pensée?

Celle que Dieu existe.

Le Dieu des religions, chrétienne en l'occurrence?

Non, je pense à une idée absolue au dessus des cultes et des peuples, au dessus des pratiques humaines et de leurs valeurs identitaires, je pense à une justice et à un bien universel.

Pour toi les religions se trompent?

Tout ce que j'exprime, toute la symbolique de l'Eden à Babel provient de la religion. Sans les textes, les grands penseurs et les écrivains qui ont fait vivre cette matière, je n'aurais aucune inspiration. J'ai besoin de la religion pour m'exprimer et mon travail est rempli de références religieuses, tout part de là mais à titre personnel, je ne peux croire aux miracles ni m'accorder avec aucune pratique.

Alors de quel Dieu parles-tu?

De celui des penseurs, de celui tel qu'on ne puisse concevoir chose plus grande; éternité, omniscience, omnipotence, omniprésence et encore jusqu'à la dernière grandeur, la plus difficile à concevoir, l'existence. Je n'invente rien et tu le sais.  

Je sais que cette existence, tu ne peux la démontrer.

Non, je ne peux pas la démontrer de manière formelle.

Je peux dire si je le souhaite que Dieu n'existe pas et que tu n'as fait que chercher du vide?

Oui, on ne peut pas prouver l'existence de Dieu alors ce que j'ai fait repose peut-être sur du vide, je ne vois pas comment argumenter contre cette idée.

Bien, si Dieu n'existe pas alors tout ça est vide et il n'y a rien de plus à dire. Maintenant si Dieu existe, pourquoi avoir créé le personnage d'Azakim?

Il s'agissait de projeter ma pensée dans un temps où la question de l'exitence de Dieu était une évidence. Ainsi je pouvais développer un esprit de science sans me confronter aux vérités scientifiques actuelles. C'est pour cela que j'ai créé ce personnage dans lequel j'intègre des questionnements et des convictions qui ont un fondement logique et rationnel pour les certitudes de l'époque.

Et qu'apporte cette histoire?

Une fois le cadre défini, cette histoire me permet de faire évoluer ce personnage dans des réflexions qui le poussent à trouver une explication au monde par la science religieuse, science basée sur l'écriture sacrée interprétée par la raison naturelle.

Quelle est la morale?

J'ai voulu dire que le culte et la science religieuse telle que je les conçois ne peuvent pas définir Dieu sans dire pour autant que Dieu n'existe pas ni que la religion est inutile. Je sort de cette impasse par l'extase d'Azakim, par la perception irrationnelle d'un Absolu qui dépasse nos conceptions. Le fait qu'Azakim soit une esprit logique me permet d'éviter une forme d'extase dévote que je ne crois pas spirituelle.

Mais Azakim a des visions, il voit un spectre, n'est-il pas fou?

Le spectre provient d'un poème de Victor Hugo qui est une base énorme de mon travail et de mon inspiration, j'aime ce genre d'entité qui apporte de la force et de l'originalité au récit. Il ne dévie pas le discours vers des mondes absurdes, au contraire. 

Alors cette extase est une sorte de vision de Dieu?

C'est le motif du livre d'Azakim, il s'agissait d'exprimer une sensation de contact avec l'Absolu de la meilleure manière possible. Cette sensation fait exploser toutes les notions que le personnage avaient en lui, c'est un sentiment d'infini qui dépasse ses convictions, ses paradoxes et tout ce qu'il croyait savoir. J'exprime dans cet instant ma vision d'un Divin surpassant toute forme de culture humaine.

Cette sensation a pour origine la libération d'endorphines dans le corps, Azakim n'a probablement eu qu'une altération de sa conscience. 

L'origine de l'extase d'Azakim est physiologique, biologique et moléculaire, c'est certain mais la conscience de mon personnage, même altérée, a tout de même réellement vécu un moment de bonheur et de plénitude. C'est un point central qui revient à se poser la question d'une âme humaine immatérielle, soit on pense que tout se résume à de la physique, des interactions cellulaires, soit on se pose la question d'une part métaphysique qui émanerait du complexe de nos neurones comme d'une musique qui émanerait d'une lyre.

Ton histoire évoque les endorphines mais il y a d'autres molécules du bonheur, l'extase se résumerait à celà?

Si on se limite à l'instant de bonheur vécu par action d'une substance, nous parlons des paradis artificiels et mon histoire n'a pas de relation avec ce thème. La modification de l'état de conscience d'Azakim est survenu à un moment de sa vie où il était prêt à concevoir l'Absolu tel que j'ai voulu l'exprimer. Les véritables conditions de l'extase sont toutes les recherches et les efforts du personnage, son érudition; une substance en soit n'apporte rien, j'utilise juste ce moyen pour donner un aspect spectaculaire et romanesque avec la muraille de Babylone et le ciel rempli d'étoiles mais Azakim aurait très bien pu concevoir le Divin dans d'autres circonstances.   

Tu parles d'un Divin au delà du culte mais peut-être te trompes-tu, peut-être qu'une religion possède la vérité, qu'il est un culte et un peuple élu.

C'est vrai, peut-être que je me trompe, là non plus je ne peux pas argumenter contre cette idée.

Bien, si l'on admet ta représentation, Azakim a la vision d'un Absolu, pourquoi ne fonde-t-il pas sa propre religion?

Parcequ'une religion est avant tout basée sur un culte et qu'il y aurait un paradoxe évident à reproduire ce que l'on réfute. Il pourrait enseigner mais il sait que son extase est inexprimable et qu'aucun homme ne pourra le comprendre. Dans sa lettre à Mathias, il lui indique que les mots ne peuvent contenir l'essence de son expérience.

Les mots ne peuvent pas tout dire?

Oui, imaginons que lors de son extase, Azakim a ressenti la présence de Dieu en voyant une couleur qui a englobée tout son champ de vision. Cette couleur n'est pas comprise dans le spectre lumineux, elle n'existe pas à l'état naturel, c'est une couleur surnaturelle, une couleur proprement Divine. Si l'on admet cette idée, il est alors impossible à Azakim de décrire cette couleur à son ami Mathias, il ne pourra que dire "Il est une autre couleur." mais le langage ne pourra pas l'aider à donner la teinte de cette couleur. Comment décrire le bleu à un aveugle de naissance? 

Je comprends que cette couleur n'est qu'un exemple explicatif mais pour toi, cette extase existe en réalité? Il est possible que des hommes où des femmes aient véritablement vécu ce que tu racontes sans jamais pouvoir en faire témoignage?

Non, je ne crois pas que cela existe, on peut ressentir des choses fortes, des moments de plénitudes intenses où l'on trouve l'explication des choses, une forme de vérité, c'est possible mais l'extase telle que je la raconte est totalement imaginaire. C'est une fiction, il ne faut pas l'oublier, c'est une construction inventée faite pour toucher une notion de manière romanesque sans en apporter la preuve scientifique.

Que devient Azakim?

Logiquement il est heureux car il a en lui la certitude d'un Dieu universel, il est ouvert à toutes formes d'interprétation religieuse n'y cherchant pas de vérité mais ayant plaisir à écouter l'intelligence humaine lorsqu'elle s'y trouve. Il garde en lui son interprétation de la rédemption en Babel, apprécit son aspect logique mais ne croit plus que la rédemption se fera à un endroit plutôt qu'à un autre. Il ne s'en soucis plus car il est certain que les choses se feront de la meilleure des manières, Dieu décidant de tout.

En conclusion, tu crois donc en ce Dieu universel au dessus des cultes, des pratiques et des interprétations humaines.

Si Dieu existe, je ne peux pas le concevoir autrement, mais je sais qu'il est impossible à mon esprit de rester au contact de cette idée. Pour cela il me faudrait être en permanence au dessus de tout ce qui fait mon identité pour devenir pur esprit, ce qui est par nature inconcevable. Par ma capacité artistique, j'ai essayé d'exprimer le plus grand sentiment que j'étais capable de concevoir.